MAASTRICHT : 25 ANS D'ILLUSIONS

Publié le par Yann Guillemot

"L'Europe, ce sera plus d'emplois , plus de protection sociale et moins d'exclusion", déclarait Martine Aubry en 1992 lors de la campagne pour le "oui" au traité de Maastricht ".

 

"Si le traité était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré", d'après Valéry Giscard d'Estaing toujours en 1992.

 

Il ya vingt cinq ans je votai "non" à ce Traité comme 49% de Français qui n'avaient pas cédé aux coups de boutoirs de la presse et d'une partie de la classe politique qui nous stigmatisaient comme des ringards, de dangereux réactionnaires et conservateurs anti européens.

 

En fait , j'avais 23 ans , je croyais tout simplement en une autre Europe , celle des Nations , celle de la paix, "unie dans sa diversité". Je n'ai toujours pas changé d'avis.

Les Fédéralistes, partisans du "oui" ont créé une Europe uniforme mais pas unie , de la concurrence et non de la coopération , de la monnaie unique plutôt qu'une monnaie commune.

 

Une Europe dont l'instrument privilégié de l'émergence d'une "identité européenne" démocratique serait " l'euro " .

 

Fallait-il être résolument technocratique pour imaginer qu'un tel instrument suffise à dompter les peuples libres, ne croyez-vous pas ?

Fallait-il avoir une conception bien particulière de la souveraineté nationale et de cet héritage si précieux que sont nos grands principes de la Révolution de 1789 , comme le disait si bien Philippe Séguin.

 

Peut-on affubler l'Euro de tous nos maux actuels ?

Ce qui est clair c'est que l'euro est "un costume standard dans lequel le plus grand est à l'étroit , le plus petit trop au large " comme le dit avec humour Nicolas Dupont-Aignan . Certains à gauche ont également bien compris qu'une politique monétaire unique dictée par le plus grand (l'Allemagne) ne marche pas . Tout simplement parce que l'Europe n'est pas un espace économique, social et politique uniforme. On ne refera pas 2000 ans d'histoire et encore moins sur le dos des peuples, c'est une erreur politique majeure.

 

Ce que je vois également , c'est qu'il n'y a jamais eu autant de divergences voire même de relents malsains entre les peuples et ce, depuis bien longtemps .

Le sinisme déployé par nos responsables politiques depuis des décennies pour feindre de ne pas comprendre ce que disent nos concitoyens exaspère au plus haut point.

Tels des pompiers pyromanes avec l'aide du vent médiatique , ils attisent les feux de la mondialisation , de la dérégulation, des profits et du grand appauvrissement de la majorité d'entre nous.

 

Tout comme en 1992 , tous ceux qui comme moi pensent qu'une autre Europe est possible et nécessaire, se font conspuer et traiter d'irresponsables par ceux là même qui depuis plus de 25 ans ont échoués et nous menacent des pires conséquences dans nos vies quotidiennes si par malheur nous voulions prendre un chemin différent que celui balisé par des technocrates aux ordres des institutions financières.

C'était sans compter sur la clairvoyance des Britanniques en 2016.

 

Cette année 2017 sera déterminante pour l'avenir de la France et de l'Europe. Il va falloir s'armer de conviction et de courage pour dire haut et fort ce en quoi nous croyons .

Nous sommes libres de prendre en main notre destin et de dire ce que nous voulons pour l'avenir de nos enfants. Ma conviction est que l'histoire bien trop singulière de notre pays, l'identité du peuple français ne pourront jamais être muselées par un quelconque traité international qui consisterait à entraver notre souveraineté.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :