Atterrissage d'urgence / Vol NY-Varsovie 1.11.2011

Publié le par Yann Guillemot

webUne heure et demi pour imaginer les pires des scénarios possibles, à regarder sa fille , sa femme , les autres personnes autour de soi . Je préfèrerais mourir que de m'imaginer vivant un instant sans ma fille de 10 ans ou ma femme.
Et puis ce silence dans l'avion 5 minutes avant d'amorcer la déscente, interminable cette déscente , un peu comme des condamnés (non coupables) n'ayant aucun recours sur leur destin commun ,
c'est comme ça c'est tout ... pourquoi sommes nous allés à New York ce week-end là ? 
Des derniers regards, comme des appels à la vie et puis soudain ce bruit effroyable de la carlingue raclant le tarmac, pendant une éternité peut-être, mais l'avion glisse sans
jamais se devoyer ou bien même se briser...
Tous rescapés, tous traumatisés mais tous heureux aux larmes , de vivre.
Notre vie nous la devons aujourd'hui à ce remarquable commandant de bord Monsieur Tadeusz WRONA.


Merci Monsieur.


Statistiquement , neuf fois sur dix , ce type d'atterrissage se termine en catastrophe ou crash.
Par miracle dans notre cas personne n'a été blessé sérieusement . Parcontre les blessures émotionnelles et psychologiques sont profondes, elles s'atténueront avec le temps
mais cette heure et demi d'attente interminable restera à jamais gravée dans ma mémoire .

J'ai demandé ce matin aux autorités françaises de l'Ambassade à Varsovie de faire un communiqué officiel de remerciements à l'adresse du commandant de bord et de son équipage et ce, au nom des
quelques passagers Français du vol LOT 016 EWR WAW. 

(photo prise depuis l'autobus)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :