L'Europe de Schuman et la Grèce de S&P

Publié le par Yann Guillemot

walesaLe 9 mai est la Journée de l'Europe. Elle concerne tous les citoyens de l'Union européenne, car elle célèbre la déclaration prononcée le 9 mai 1950 par Robert Schuman. Ce jour-là, cinq ans, jour pour jour , après la fin de la Seconde Guerre mondiale un grand message de paix et d'espoir nait.

Mais ce 9 mai 2011, c'est aussi la Grèce ,berceau de toutes nos démocraties ,qui est à la dérive financière.

L'agence de notation Standard & Poor's a abaissé ,ce lundi, les notes de crédit de la Grèce à court et long terme, évoquant un risque accru qu'Athènes doive se résoudre à restructurer sa dette. La note à long terme a été abaissée de deux crans au sein de la catégorie spéculative, de BB- à B, tandis que la note de court terme passe à C contre B précédemment. "De notre point de vue, il y a un risque accru que la Grèce prenne des mesures pour restructurer les termes de la dette commerciale, y compris ses obligations d'État déjà émises", déclare S&P dans un communiqué. L'agence met en garde contre d'autres abaissements ultérieurs en maintenant les notes sous surveillance avec implication négative.

En clair, la Grèce qui est en deficit "chute libre" doit emprunter à des taux de plus en plus élevés.

C'est là tout le paradoxe .

Il n'y a aucune complaisance de ma part face à l'irresponsabilité caractérisée des dirigeants grecs durant ces dernières décennies , mais tout de même, peut-on laisser l'économie d'un pays à la merci des seules agences de notation et du marché. D'ailleurs l'objectif à peine caché est une déstabilisation du système économico-financier européen.Mais de quelle protection bénéficient les Grecs ,au juste, en appartenant à la zone euro? De quelle protection un pays comme l'espagne pourra bénéficier....et la France?

Je reste persuadé que l'Europe politique est une éxigence pour l'avenir de nos démocraties mais que l'Europe de la monnaie unique n'est pas la condition sine qua non d'une expansion économique européenne , bien au contraire.

Je souhaite une Union européenne plus autonome ,plus protectionniste ,plus sûre aux contours de ses frontières, taxant plus les produits d'importations , garantissant une politique globale d'énergie coordonnée ,une Banque Centrale Européenne capable de prêter à des taux préferentiels pour ses pays membres (si la zone euro devait survivre), un marché commun de l'emploi limitant ainsi les besoins en main-d'oeuvre d'origine extracommunautaire,.....

Aujourd'hui l'Europe politique n'a jamais été aussi nécessaire pour que nos particularismes nationaux continuent d'exister mais dans une Europe des Nations , c'est d'ailleurs ce qu'ont voulu nous dire une majorité de Français en 2005 en rejetant le traité de Lisbonne.

Je ne sais pas si je dois me réjouir du sondage TNS-Sofres le Parisien  qui révéle que les Français à 67% souhaitent que la France conserve l'euro comme monnaie .Nous en reparlerons dans quelques mois.

En photo vous aurez biensûr reconnu, Lech Wałesa, symbole fort de cette europe qui lutte pour la liberté et la paix de ses peuples.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :